Contribution des zones d’insécurité de la région du nord à l’incidence des urgences obstétricale dans le service de gynéco-obstétrique du CHURO

L’étude porte sur la contribution des zones d’insécurité de la région du Nord à l’incidence des urgences obstétricales du Centre Hospitalier Universitaire Régional de Ouahigouya du 26 Juillet au 25 Août 2021. Elle se justifie par le fait que depuis 2016 le Burkina Faso est en proie à une insécurité croissante entrainant un déplacement massif des populations et une fonctionnalité réduite de nombreux centres de santé avec un accès de plus en plus difficile aux centres encore fonctionnels mettant en péril l’accès aux soins de santé en général et ceux de la santé de la reproduction en particulier ce qui constitue une négation des droits humains de cette catégorie de population. Le service de Gynécologie Obstétrique du Centre Hospitalier Universitaire Régional de Ouahigouya, centre de référence en matière d’urgences obstétricales pourrait se révéler un miroir de la situation de ces soins dans la région.

L’étude a montré un taux de 37,81% d’urgences obstétricales reçues dans ce Centre. Les urgences provenaient majoritairement des Districts sanitaires de Ouahigouya (56,94%) et de Thiou (15,97%). Seules 4 patientes étaient des déplacées internes. La peur de se rendre au centre de santé dans la nuit était évoquée dans 14,58% des cas notamment par les patientes des Districts sanitaires de Titao, Ouahigouya et Thiou localités où les patientes ont aussi rapporté des attaques. Les patientes étaient non scolarisées dans 63% des cas et mariées dans 94% des cas avec ¼ qui avaient au moins 4 enfants à leurs charges. Les pathologies hypertensives de la grossesse, le travail d’accouchement, les hémorragies du post partum et la souffrance fœtale aigue étaient les principaux motifs d’admission des patientes qui étaient majoritairement évacuées. La césarienne était le mode d’accouchement le plus fréquent (54,35%) et indiquée le plus souvent pour souffrance fœtale aigue (26,67%), défaut d’engagement (14,67%) ou placenta prævia (12%). Un cas de décès maternel a été enregistré et une mortinatalité de 10,86%.

Un plaidoyer pour la planification familiale l’abandon des mariages précoces et mariage d’enfant, la construction et l’opérationnalisation d’un Centre Médical avec Antenne Chirurgicale à Thiou,  une offre de santé mentale adaptée aux besoins sont autant de challenges pour l’amélioration des conditions des femmes de ces zones alors qu’une formation continue des agents du service de gynécologie obstétrique du CHURO et un audit des décès néonataux intra partum pourrait soutenir la qualité des soins dans le service.

Mots clés : insécurité, urgences obstétricales, région nord, Burkina Faso

Download

Laisser un commentaire